Rupture après la fin d’expatriation

C’est souvent lorsqu’ils apprennent que l’employeur d’origine cherche à mettre fin à leur contrat de travail de droit français que les expatriés s’intéressent plus précisément à leurs droits et aux conditions financières de leur départ.

Il arrive malheureusement que l’employeur cherche à tirer profit du fait que le salarié se trouve à l’étranger pour tenter de mettre en œuvre, en toute illégalité, un licenciement au rabais… Ainsi, il n’est pas rare de voir la société d’origine (France) procéder au licenciement alors même que le contrat de travail local avec la société d’accueil n’a pas été rompu.

Cette période est celle qui est la plus fréquemment sujette à contentieux. En cas de contentieux dans le pays d’accueil, Astaé dispose d’un réseau de correspondant dans la plupart des pays d’expatriation.

Notre cabinet aide les expatriés à faire valoir leurs droits, mais aussi à obtenir l’indemnisation de la rupture lorsqu’il apparaît qu’elle n’a pas de cause réelle et sérieuse. Il est fréquent que les indemnités de rupture soient calculées sur des bases minorées.